• Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

     Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Il était une fois une petite demoiselle appâtée par un patron protéiforme du burda de novembre, et prête à sacrifier sur l'autel des cassages de gueule et des réussites impromptues un coupon de lainage de chez sacrés coupons. Un coup de coeur, ce lainage: chevrons marron clair et gris bleu pour un rendu marron-gris absolument-ce-qu'il-lui-fallait.

    Le magazine permettait de s'apercevoir qu'on avait affaire à un patron casse-gueule : version loque avec un tissu mou (jugé absolument immonde en l'état actuel de mes goûts) et une version mieux définie en crêpe foncé d'aspect plus prometteur, mais présentée sur une créature brindilliforme.

    Ah, burda... c'est moi qui me déshabitue ou c'est de pire en pire chaque mois niveau mannequin ? Ces novembre et décembre, on dirait vraiment qu'ils les ont toutes sélectionnées dans un camp secret où seraient élevés depuis 70 ans les meilleurs rejetons de race aryenne en prévision de la troisième guerre mondiale (la guerre par le charme probablement, bien que dans ce cas ça ne fonctionne pas trop sur moi). Décoince un peu, bubu, ouvre un ottobre pour voir, c'est pas grave si tu mets une femme un peu dorée qui fait vraiment un 42 sans nous préciser que ce n'est pas une taille normale !

    Étant dans une période queue-de-pie, j'ai joué. En 40 avec la taille en 38. Avec 10cm en moins d'office parce qu'avec 122cm de long le patron me recouvrait les orteils... Il a fallu diminuer l'intérieur des cuisses et le milieu devant parce qu'en outre l'enfourchure a une fâcheuse tendance sarouelisante et que le tour de taille était encore trop grand. Je me demande ce qu'aurait donné un patron avec une enfourchure normale et les replis de chaque côté.

    Avant :

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Après :

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    La présence des poches dans les coutures latérales et des deux pinces achèvent de donner l'impression que la ceinture est un brutal goulet d'étranglement. Après avoir cousu une fronce à la main sur l'ouverture extérieure de la poche ça s'arrange un peu, mais c'est cette cerise sur le gâteau façon couche-culotte qui me déplaît vraiment. Le reste : de dos, de côté, et la disposition des plis me vont comme ils sont.

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Et voilà le prodige accompli par burda : transformer la souris de laboratoire en éléphant. La révélation de ma féminité, des hanches de reproductrice qui sortent de l'ombre ! Tiens pour la peine je vous montre un modèle de pantalon du même genre fait il y a 5 ans, issu d'une pochette (simplicity ?) trouvée en vacanstage chez une tante.

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Cul d'éléphanteau, pied de bouquetin, c'est toujours un plaisir quand tu portes des chaussettes avec ces pantalons-là. Tu t'asseois, tout va bien, tu te lèves, le pantalon tout à son étreinte langoureuse avec l'élastique de chaussette refuse de redescendre... Donc pour le nouveau pantalon, j'ai ajouté 2 cm en tour de cheville de façon préventive. Donc la jambe reste fine sans coller. Comme la taille n'est pas trop haute, on n'est pas scié non plus quand on s'asseoit. Et ça a beau être de la pure laine, ça ne gratte pas (j'avais fait une doublure, mais le contact et le bruit m'agaçaient trop, je l'ai virée). Le plus bizarre niveau sensation c'est ce flottement autour de l'arrière-train qui donne l'impression d'être encore en pyjama et de ne pas pouvoir sortir décemment comme ça.

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Miss Diongoma* 2013 : participation de dernière minute

    Je ne sais pas si je vais être très patiente avec ce pauvre pantalon mutant. En plus j'ai déjà un projet de recyclage possible pour lui... Il faut que je me fasse une raison avec les patrons bizarres de burda; j'adore jouer avec mais je les porte très peu. Par exemple, je pense que je finirai bientôt par recycler celui-ci.

    *Petite blague : où donc ai-je pris connaissance de cette compétition où le 120 de tour de hanches est de rigueur, moi qui n'ai à peu près aucun lien avec la culture sénégalaise ni de telle ambition pour mon derrière ? Sur France Cul', évidemment !


  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 10:16
    Maritrez

    Merci, merci ! Pour tous les détails, y compris les aventures abracadaburdesques, ça fait rire, sourire et ça fait faire des progrès (dans ma tête pour commencer). Je ne laisse pas toujours de commentaires mais je viens très souvent prendre un peu d'air et d'infos sur ton blog. Il est très utile.

    Re merci, merci !

    Marité

    2
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 20:31
    sugarjunkie

    J'aime ton choix audacieux! Le devant est très sympa ... mais c'est vrai qu'à l'arrière... heureusement que tu es menue!

    3
    fred-etc
    Lundi 11 Novembre 2013 à 15:07
    fred-etc

    Premier commentaire ici (mais lectures fréquentes !)

    Tu es persévérante dis-donc ! avec autant de modifs, je crois que j'aurais baissé les bras !

    Peut-être que sur ce coup là un tissu plus fluide rendrait mieux ?

    4
    Mercredi 13 Novembre 2013 à 10:23

    Oulalah non, le fluide c'est ce que je cherchais à éviter à tout prix, je préfère un gros cul défini à un gros cul informe.

    Merci pour vos gentils commentaires !

    5
    Vendredi 15 Novembre 2013 à 16:52
    CosIadoru

    J'admire le travail!!!:)

    6
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 21:00

    ahhh mais tu as réussi à dompter ce pantalon "bubuesque" bravo, te voilà parée pour un automne hiver gris souris/éléphant ;-) bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :